PHOENIX - 30 SECONDS TO MARS

FORUM FRANCAIS DE 30 SECONDS TO MARS
 
FAQAccueilCalendrierRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE

Aller en bas 
AuteurMessage
Pitchouill
Biologeek GAZELLE de SHANNON
Pitchouill

Féminin Messages : 13133
Date d'inscription : 22/05/2010
Age : 29
Localisation : Allemagne

Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE Empty
MessageSujet: Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE   Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE EmptyVen 16 Nov 2012, 12:41

Citation :
Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE Meuse-artifact-jared-leto1-425x312

From ARTIFACT’s acceptance into the 2012 Toronto International Film Festival to the future of MARS, read Jared’s full interview with MEUSE’s Trace Ball here.

Lien pour l'interview entière

Source : le site du groupe



Si personne ne prend l'initiative de la traduire, je le ferai car cette interview est plutôt sympa Kiffme
Revenir en haut Aller en bas
audrey
Chroniqueuse en Chef de l'info Phoenixienne
audrey

Féminin Messages : 7298
Date d'inscription : 23/05/2010
Age : 37
Localisation : Là où le vent me porte

Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE Empty
MessageSujet: Re: Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE   Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE EmptyVen 16 Nov 2012, 14:42

Il doit y avoir des passages un peu approximatifs et je me suis perdue sur certains passages mais ça ressemble à du français ! Caché !

Citation :
Premièrement, félicitations pour avoir mis Artifact au TIFF de cette année.
Merci, j'apprécie ça.

Quelle a été votre réaction quant il a été accepté ?
Oh, nous avons été très surpris, on pensait qu'il n'y aurait aucune chance qu'ils acceptent le film. C'est vraiment un brouillon qu'on leur a présenté et on était assez attrapés qu'on ait une place. Je veux dire, je pense qu'une des meilleures choses dans le fait d'avoir été choisis pour ce festival c'est que ça nous a donné un délai (pour qu'il soit prêt) et qu'on a pu lâcher prise, dans un sens, et partager le film avec les gens, parce que tu peux travailler sur ces choses indéfiniment sans jamais les rendre parfaite. C'était vraiment une bonne chose d'être acceptés, pas seulement pour le prestige de faire partie d'un illustre groupe de cinéaste et de films mais aussi pour avoir l'opportunité de le terminer.

Donc en gros, vous n'aviez aucune attente quelle qu'elle soit et l'avez simplement déposé aveuglément et pensé que vous verriez ce que ça donnerait ?
Ouais, c'était vraiment ça. C'était plutôt à la dernière minute aussi, et le brouillon était tellement brut que j'ai presque arracher la prise pour l'envoyer à Toronto mais on s'est dit "ok, on y va"

Je suis tellement content que vous l'ayez envoyé !
Oh mon dieu, moi aussi.

Es-tu nerveux à propos de présentation du film ?
Et bien, je ne suis pas vraiment nerveux. Je pense que j'ai fait le meilleur travail possible à ce niveau et je vois Toronto comme une chance d'en apprendre un peu plus sur le film et s'il y a des choses que je peux améliorer, je le ferais après Toronto. Nous voyons ça comme une opportunité de partager le film et voir ce qu'on peut en apprendre.

Y a-t-il eu un moment pendant le tournage où tu as pensé "je ne peux pas faire ça, c'est trop" ?
Assez souvent à dire vrai, il y avait un débat constant sur doit-on ou non nous battre. Je ne savais pas si j'allais torpiller notre carrière, nos rêves, c'était très difficile et il y a eu beaucoup de débats internes à ce sujet. Une chose qui n'est probablement pas très claire dans le film c'est que j'ai, en quelque sorte, tout porté sur mes épaules et je ne voulais pas l'imposer à mon frère ou Tomo, avec tous les hauts et les bas qu'on traversait durant ce combat vicieux. Beaucoup de coups de téléphone et tu sais, j'étais tout seul et ne partageais pas vraiment tout ça avec eux parce que je voulais les protéger et que tout le monde n'ait pas à l'assumer, donc c'était difficile. Je pense, avec le recul, que ça nous a rendu plus forts, ça nous a rapprochés, nous a permis d'écrire un meilleur album et a fait de moi un meilleur homme d'affaires, plus créatif et certainement une meilleure personne.

As-tu trouvé difficile de revenir dessus et le regarder à nouveau parce que ça ramenait les sentiments bruts de ce que vous traversiez à cette période ?
Ouais, c'est très personnel chaque fois que je regarde ce film, et c'est difficile. Il y avait ce passage de moi avec un mal au dos parce que j'avais mal au dos quand je faisait cet album et le procés est arrivé, je me suis blessé. Je le regardais quand ces scènes y étaient encore, depuis on les a coupées pour se recentrer davantage sur l'histoire, et je le regardais et c'était trop inconfortable et pas drôle du tout à regarder. (je crois qu'il s'est perdu dans sa phrase Réflechi ou alors c'est moi... Rire1)

Quelle était la partie la plus gratifiante pour toi en faisant ce documentaire ?
Je pense que la partie la plus gratifiante était d'apprendre, ça m'a beaucoup enseigné. Ca m'a appris que faire un long-métrage était vraiment difficile, en particulier quand tu le fais avec un tout petit groupe de personnes, probablement une poignet de personnes a travaillé sur ce film et c'était surtout une production "fais le toi-même". L'apprentissage est ce que je retiens de tout ça et le plus grand bénéfice est ce que j'en ai appris sur le processus de fabrication d'un film. Tu sais, ça aide de faire la paix dans cette période folle et chaotique et d'avoir une super compréhension à propos de toi-même et de la situation.

Qu'est-ce que tu veux que les gens en retiennent ?
J'espère que les artistes et fans de musique et d'arts comprendront mieux comment fonctionne ce bussiness. J'espère que ça créera un débat sain à propos de l'art et du commence et de comment les deux peuvent coexister un peu mieux. Je pense que beaucoup de personnes seront vraiment surprises non seulement par certaines des choses qu'ils auront apprises par rapport à la structuration actuelle des contrats et comment le travail des artistes appartient aux entreprises et pas aux artistes eux-mêmes mais je pense qu'ils seront également surpris par le côté intime et révélateur du film. Tu sais, j'ai été devant la caméra quelques fois dans ma vie, mais je n'avais jamais partagé ma vie de cette façon. Je suis une personne très privée donc c'était étrange de tout dévoiler et je n'ai même pas encore vraiment parlé aux personnes qui ont vu le film, donc tu es une des premières personnes avec qui je parle de ça. Quand je parlerais aux gens maintenant, ils en sauront un peu plus sur moi que ce que je saurais d'eux, c'est certain, et c'est un sentiment unique et je n'ai jamais ressenti ça avant. C'est un film sur le conflit mais méritant et vraiment intime et révélateur et j'espère que les gens retiendront quelque chose de ce film qui aura une réelle valeur pour eux.

Retrospectivement, as-tu déjà repensé à comment tu étais capable de traverser tout ça ?
Souvent ! J'espère bien sûr ne jamais avoir à revivre ce genre de défi. Parfois, je pense "mon dieu, où avons-nous trouvé le cran de nous battre contre ce conglomérat géant ?!" Tu sais, on est juste un petit groupe qui avions un succés modeste et avions en gros dis "allez vous faire voir" à cette énorme société, mais je pense qu'il n'y a pas de combat plus important que le combat pour la justice. Nous trouvions justifié et avions une raison de partir en guerre donc on l'a fait, et nous avons fait ce qu'il fallait ! Il y aussi un moment où il faut faire la paix et on l'a fait aussi. Il est important de noter que nous ne sommes pas anti-maison de disque, nous sommes anti-cupidité et ce film n'est pas anti-maison de disque, il est anti-cupidité. Les maisons de disque ont la capacité de faire des contrats justes et transparents avec les articles, c'est là, c'est possible et s'ils peuvent le faire avec nous, ils peuvent le faire avec les autres. Je crois qu'on s'est tournés dans cette direction et certaines personnes peuvent taper et crier parce qu'on y va mais ils finiront par se taire.

Te vois-tu comme un innovateur ou dans le genre ?
Non, je me vois simplement comme un résolveur de problèmes. J'aime trouver des solutions créatives aux problèmes qu'on rencontre et c'est probablement un thème continuel qui se répercute dans beaucoup de mon travail.

Pour ceux qui ne pourront pas se rendre à la première au TIFF, quand et où le reste du monde pourra voir Artifact ?
On travaille là dessus et cherchons un moyen de diffusion et quand le diffuser, mais je pense que ce sera plus tôt que tard. Nous faisons notre possible pour s'assurer qu'il soit là pour les gens rapidement.

Alors, quelle est la suite pour toi et 30STM ?
Retour en studio pour travailler sur le nouvel album et essayer de l'avoir au plus tôt, donc la priorité après Artifact.

Les fans peuvent-ils espérer de la nouveauté avant 2013 ?
Oh, j'espère ! Cela me rendrait très heureux.

Y a-t-il quelque chose que tu veuilles dire à vos fans ?
Simplement merci pour tout et nous aimons tout le monde et les apprécions et sommes très reconnaissants que tout le monde ici partage cette folle aventure avec nous, nous n'aurions pas tout ça autrement.
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/AudreyM_B En ligne
Maryarmy
Impératrice Vintage Megalow Ech'
Maryarmy

Féminin Messages : 20404
Date d'inscription : 21/05/2010
Age : 45
Localisation : TARDIS / CARDIFF
Humeur : ECH'REBAYL / BAD'EKELON

Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE Empty
MessageSujet: Re: Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE   Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE EmptyVen 16 Nov 2012, 14:48

Effectivement cette ITW est très agréable et appréciable à lire et on voit tout à fait le personnage Jared Leto tel que nous le percevons depuis longtemps...
Le genre de personnes très productive et très créative, très combattante, très psycho rigide aussi, son coté protecteur et son coté je ne veux pas qu'on sache ni qu'on montre mes faiblesses... enfin bref du jared leto comme on l'aime... avec ses qualités et ses défauts, et une honnêteté qui parfois lui fait défaut Clin d\'oeil

₪ ø lll ·o. --------------------------------------------------------------------------------- ₪ ø lll ·o.

[ECH'REBAYL] [MEMORIALISTE MARSIENNE] [PHOENIX FAMILY]
*clic* THE COMPLETE DISCOGRAPHY OF MARS *clic*
Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE 11121112114529301
[Baniwée Uppity Rebayls Division] ø [Keeper of the Gate] lll [Mum of Phoenix Division] ·o.
Revenir en haut Aller en bas
http://30secondstomarsfrance.com
Pitchouill
Biologeek GAZELLE de SHANNON
Pitchouill

Féminin Messages : 13133
Date d'inscription : 22/05/2010
Age : 29
Localisation : Allemagne

Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE Empty
MessageSujet: Re: Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE   Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE EmptyVen 16 Nov 2012, 20:40

Merci Audrey !

Ce qu'il dit rejoint pas mal la citation que j'ai posté l'autre jour dans le topic des citations (logique^^)

Citation :
“Community, experience and privacy can co-exist. I’ve definitely been educated about how to keep my private life private. Even when people think they’ve got a piece, they don’t, really. You’ve got to keep something for yourself. And I’ve always admired that, as both an actor and a musician, regardless of what lies people may read in the tabloids. If they knew the real story, that would be a fucking book to read.”

- Jared

Si dans ce film a laissé transparaitre plus, ça peut être intéressant et en même temps assez troublant parce que c'est pas du tout dans ses habitudes...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE Empty
MessageSujet: Re: Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE   Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jared parle d'Artifact et de Mars avec le magazine MEUSE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exercices d'arpèges avec onglets
» Galère avec M-audio Fast Track USB
» Koechlin - Quintette avec Piano Op.80
» tremplin rock'a'guda (demo avt 15 dec et finale 19 mars)
» [Interview] Bill parle de l'enregistrement d'Arthur und die Minimoys 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PHOENIX - 30 SECONDS TO MARS  :: ATHENAEUM :: COUPURES DE PRESSE :: PRESSE PAPIER FRANCAISE ET ETRANGERE :: PRESSE ETRANGERE :: PE 2012-
Sauter vers: